lundi 31 janvier 2011

Pourquoi sommes-nous si endettés au Québec ?

Deux raisons: la voracité des syndicats du secteur public et la lâcheté de nos politiciens. Le gouvernement Charest a tout donné aux syndicats du secteur public lors des dernières négociations collectives. Et il n'a rien reçu en retour.

Il semble bien que le Québec soit la dernière place au monde où on ne fait pas le lien entre endettement et grosseur de la fonction publique ! Nous sommes encore en retard de 20 ans. Partout en Europe, et même aux États-Unis, on coupe ou gèle le salaire des fonctionnaires. mais pas ici, royaume de richesse sans fond. J'ai hâte de voir quand les taux d'intérêt vont se mettre à monter !

Et les syndicats ne sont pas nuisibles que dans le secteur public. De plus en plus d'entreprises privées québécoises ferment ou vont fermer prochainement à cause du Code du travail québécois qui est en faveur des syndicats. Avec le dollar canadien en parité avec le dollar américain, bien des entreprises établies ici vont penser à déménager au sud. Combien d'entreprises privées le syndicalisme québécois a t-il forcé à fermer ou déménager ? Certainement plusieurs centaines au cours des dernières années.À l'heure de la flexibilité, nous nous enfonçons dans la rigidité bureaucratique avec le syndicalisme d'un autre âge qui règne au Québec.

mercredi 26 janvier 2011

Dette du Québec

Citons Francoise Bertrand sur le sujet de la dette du Québec:

"Une dette élevée fragilise un peu plus le Québec chaque jour. En février 2010, un document du ministère des Finances portant sur la dette nous apprenait que le Québec se situe au 5e rang des nations les plus endettées parmi les économies industrialisées. Sa dette brute atteint 94,0 % du produit intérieur brut (PIB). Cette statistique inquiétante classe le Québec notamment derrière l’Italie (114,4 %) et la Grèce (102,6 %) et devant le Portugal (75,2 %) ainsi que l’Irlande (48,5 %). Je tiens à vous rappeler que la Grèce et l’Irlande ont fait l’objet cette année d’un plan de sauvetage de l’Union européenne et que l’Italie et le Portugal n’en sont pas loin. Devant ces chiffres, je ne peux concevoir qu’on puisse même envisager qu’il n’y a pas de problème à continuer à alourdir la dette du Québec en retardant le retour au déficit zéro."

Que dire de plus ? Et dire que les grands penseurs de l'Alliance sociale (!) sont opposés au retour à l'équilibre budgétaire ! La grande hantise des syndicaleux québécois est que le robinet se ferme à Québec. Mais tôt ou tard le robinet se fermera pour les syndicaleux de la fonction publique québécoise. L'égoïsme des syndiqués fonctionnaires est désastreux pour le Québec. Sous couvert de défense des valeurs sociales québécoise, les syndicaleux québécois défendent en fait le plus étroit des corporatismes. La dette a augmentée de 10 milliards au cours des deux dernières années. Elle atteint maintenant 225 milliards $. La CSN est prête à la faire monter encore et encore... À se demander si ces gens font exprès de précipiter le Québec dans la dèche. Et quand nous serons en faillite, vous verrez la CSN accusée les banques et le capitalisme d'être responsable de la situation !

mardi 25 janvier 2011

Lucien Bouchard

Bonne nouvelle. Lucien Bouchard s'implique dans le dossier du gaz de schiste. Regardez bien aller les opposants à cette industrie démollir Lucien Bouchard et voir un complot de la grande entreprise dans ce dossier ! Lucien Bouchard va être décrit comme un suppôt du capitalisme. Si le gouvernement Charest avait bien géré la question du gaz de schiste, l'hystérie que l'on voit actuellement ne serait pas présente. Le gaz de schiste est exploité partout dans le monde et nous n'entendons jamais parler d'explosions, de catastrophes, etc. Il n'y a qu'au Québec où les scénarios catastrophes trouvent une oreille complaisante. Souhaitons donc bonne chance à Lucien Bouchard.

vendredi 21 janvier 2011

Bastarache

Un mot: gaspillage de fonds publics. Et nouveauté ! On va créer une structure bureaucratique pour surveiller la nomination des juges ! Typiquement québécois comme réaction. Le Québec , avec la Grèce, doit être le champion des structures bureaucratiques en tout genre. Rappelez-vous la création il y a quelques années du poste de "commissaire à l'éthique". Qu'est-ce que cela a donné ? Rien. La corruption est plus présente que jamais au Québec. D'ailleurs une structure bureaucratique n'a qu'un seul but: défendre ses propres intérêts et augmenter son pouvoir. La commission Bastarache n'apporte rien de nouveau. Ce fut un jouet pour distraire l'opinion publique et amuser les journalistes.

lundi 17 janvier 2011

Nathalie Normandeau

Nathalie Normandeau disait récemment qu'elle avait appris avec le temps à faire preuve d'humilité. Les journalistes sont tombés en extase devant un tel aveu. Pourtant, les politiciens nous assoment souvent avec leur pseudo humilité. Tout ça c'est de la poudre aux yeux, des lieux communs sans intérêts. Les politiciens québécois n'écoutent en fait que les groupes de pressions. Le citoyen ordinaire, le travailleur ordinaire, le PLQ en fait peu de cas.J'aimerais mieux avoir des politiciens qui fassent preuve de courage, de compétence, de vision... L'humilité c'est bon pour les communautés religieuses.

jeudi 13 janvier 2011

Claude Garcia à l'ADQ

J'aime bien Claude Garcia. J'ai appris ce matin qu'il quittait le PLQ pour l'ADQ.Bonne nouvelle pour ce parti. Garcia quitte le PLQ déçu du manque de vision économique et de l'incompétence de ce parti. Claude Garcia est un homme qui a une pensée économique cohérente et claire. Tout le contraire d'un Raymond Bachand.

mardi 11 janvier 2011

Syndicats québécois

Les syndicats québécois sont trop puissants. Je ne suis pas le premier à en parler. Ils ont acquis trop de pouvoirs. Pourquoi ? Parce qu'ils sont riches. Aussi simple que cela. Et pourquoi sont-ils riches ? À cause du prélèvement obligatoire des cotisations syndicales. Pour réduire le pouvoir des centrales syndicales, il faut donc s'attaquer au nerf de la guerre, soit l'argent, c'est-à-dire couper ce privilège du prélèvement obligatoire des cotisations. Les syndicats tiennent en otage la population et le gouvernement. Ils imposent leur modèle de société. Et que peuvent fairent les citoyens pour s'exprimer lors du budget du gouvernenemt ? Rien à part chialer. Les centrales syndicales ont un accès direct au bureau du premier ministre. Scandaleux. Rappelons que les dernières augmentations de taxes serviront à payer les privilèges des fonctionnaires. Rappelons qu'à chaque année le gouvernement québécois doit emprunter 67 milliards pour financer la caisse de retraite des fonctionnaires. Voilà ce que donne le modèle québécois: de l'injustice. Les travailleurs du secteur privé finacent les privilèges des fonctionnaires. La syndicalisation des fonctionnaires est une erreur grave, c'est un déni de liberté, une atteinte à la démocratie. Le prélèvement obligatoire des cotisations syndicales est elle aussi une atteinte à la liberté. Pourquoi le patronat ne va-t-il pas en Cour suprême sur cette question ? Le modèle québécois c'est aussi ça: un rétrécissement des libertés individuelles.Partout dans le monde, on se questionne maintenant sur la syndicalisation des employés des secteurs publics et de leurs privilèges (pensions garantis entres autres) et sur la viabilité à long terme d'un tel modèle de société.

jeudi 6 janvier 2011

"La soviétisation tranquille"

J'emprunte ce titre à un chroniqueur économique du Journal de Montréal, David Descôteaux.Ce dernier nous explique à quel point nous ressemblons de plus en plus à l'ex-URSS avec nos files d'attentes,notre corruption, notre rationnement dans les services gouvernementaux, etc. Ce phénomène c'est la soviétisation tranquille ! Dans notre beau Québec socialiste de Charest, des médecins acceptent maintenant des enveloppes brunes ! Et le pauvre gouvernement Charest qui pense régler la situation dans la santé en augmentant les taxes ! Les récentes augmentations de tarifs vont-elles augmenter l'offre de services ? Bien sûr que non. Nous ne faisons que "patcher". Charest et sa bande d'incompétents sont persuadés d'avoir sauvé les finances publiques du Québec !!! Quelle farce. Ils n'ont sauvé qu'eux-mêmes pendant que le reste du Québec coule. C'est quoi la méthode Charest ? C'est d'augmenter la TVQ de 1 % par année. À ce rythme la TVQ va atteindre 50 % dans moins de 40 ans !Le gouvernement Charest c'est le sommet de l'incompétence, de la lâcheté et du manque d'imagination. On se dit courageux en augmentant les tarifs. Et nos petits politiciens municipaux ne valent pas plus; eux-aussi augmentent les taxes. Nous savons qu' augmenter les taxes tue l'économie et donc fait baisser les recettes du gouvernement. Mais c'est pas grave diront nos pleutres de politiciens, si on a moins de recettes on augmentera les taxes et impôts. Ainsi est le Québec à la veille de l'effondrement de son "modèle" socialiste.