vendredi 10 juin 2011

Pauline Marois est cuite !

Il n'y a plus rien à faire. Pauline Marois ne s'en sortira pas. Son leadership a été remis en question, et ce de façon cruelle et définitive. Sa crédibilité de chef est atteinte. Dans l'opinion publique, ça ne passe pas. Quand un chef est attaqué par ses propres troupes, il ne survit pas. Que l'on pense aux leaders politiques du Canada ou du Québec qui ont été poussés à la retraite par leur propre parti: Jean Lesage, René Lévesque, Pierre-Marc Johnson, Daniel Johnson, Stockwell Day, Kim Campbell, Bernard Landry, Brian Mulroney, Robert Bourassa, André Boisclair, John Turner, Michael Ignatieff, etc. Marois s'ajoute à cette longue liste de politiciens. La politique est impitoyable. Le moindre signe de faiblesse d'un chef ne pardonne pas. Un chef fragilisé perd ses moyens, sa concentration et sa stature. Il doit surveiller à la fois les membres de son caucus, la presse, et l'opposition. C'est intenable à long terme. Le PQ n'est plus fonctionnel en ce moment. Le PQ est maintenant dans un processus d'autodestruction.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire