mercredi 27 avril 2011

Le Bloc était condamné

Qui avait prédit la chute du Bloc ? Tous les "experts" prédisaient que le Bloc était imbattable au Québec lors du déclenchement des présentes élections. Les "experts" ! Quelle farce. Mais si on y pense bien, le Bloc était condamné. Pourquoi ? Un: les gens ne veulent pas de la "souveraineté". Deux: le Bloc en se métamorphosant en aile québécoise du NPD allait permettre à ce dernier de le remplacer un jour. Trois: le chef du Bloc vieillit; or, en ayant fait le vide autour de lui, personne ne pouvait prendre la place de Duceppe. Quatre: l'aile droite des nationalistes avait depuis longtemps quitté le Bloc. Cinq: le Bloc était devenu un parti trudeauiste, multiculturaliste, défenseur de la rectitude politique (sur ce terrain il avait le PLC et le NPD avec lui). Six: le nationalisme est bien faible au Québec;les Québécois préfèrent de loin un parti socialiste adepte de l'État-nounours, l'État qui prend soin d'eux du berceau à la tombe (or, le NPD c'est le parti par excellence pour donner des bonbons au peuple, sans se soucier des finances publiques;le NPD c'est le Disneyland de la politique). Sept: en se collant aux syndicats, le Bloc a fait preuve de naïveté (les fonctionnaires ont avant tout à coeur leurs propres intérêts corporatistes;ne comptons pas sur les syndicats pour construire un pays (Pierre Falardeau avait bien analysé ce point). Huit: le Bloc était devenu un parti technocratique éloigné du peuple, un parti d'intellectuels incapable de saisir les humeurs du peuple. Je terminerai avec cette citation du jeune intellectuel nationaliste conservateur Mathieu Bock-Côté: "Le Bloc a instrumentalisé le nationalisme québécois pour le mettre au service des valeurs progressistes renomées 'valeurs québécoises", bien difficiles à distinguer des valeurs de la gauche canadienne." Socialiste avant tout, le Bloc a creusé sa propre tombe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire