mardi 26 octobre 2010

Maurice Duplessis

J'ai bien aimé le commentaire de l'historien Denis Vaugeois sur la supposée "grande noirceur" des années Duplessis. Ce dernier fut un grand homme. Il fut le champion de l'autonomie provinciale, il a créé des centaines de milliers d'emplois, il a maintenu la paix sociale en tenant en laisse les syndicats, il a investit en éducation, dans les infrastructures, développé le Grand Nord, combattu le communisme avec succès... Et comme le dit Vaugeois, "celles et ceux qui ont dirigé le Québec dans les années 1960 avaient été formés pendant cette fameuse Grande Noirceur". Et Duplessis était un homme du peuple, il aimait les fils d'ouvriers et de cultivateurs. Laissons le dernier mot à Vaugeois: "Le jeune Duplessis est un vrai Trifluvien: un petit dur. Bien élevé, mais toujours un peu rustre.Dans son milieu, la fin justifie les moyens, il aime la bagarre, prend un coup solide, du moins jusqu'à ce que les médecins l'incitent à la modération...Sa vie, ce sera la politique; sa compagne, la province." Ce géant de la politique québécoise laisse loin derrière lui les nains politiques insignifiants que sont Jean Charest et Pauline Marois. Ceux deux derniers n'auront droit qu'à quelques lignes dans les livres d'histoire.

jeudi 21 octobre 2010

Ailleurs dans le monde...on privatise et on coupe

Pendant qu'au Québec on fait grossir la fonction publique, qu'on gâte les fonctionnaires, qu'on veut nationaliser (!) les gaz de schistes et les éoliennes , l'Europe coupe et privatise. En Angleterre, des coupes sérieuses se feront dans la fonction publique. On apprend aussi qu'en Russie, le gouvernement veut privatiser 900 compagnies d'État dont Aéroflot, des banques, des industries de télécommunications, des fermes, l'aéroport de Moscou, une partie des chemins de fers, etc. La Russie veut ainsi diminuer son déficit budgétaire. Le Québec ferait bien de s'inspirer de l'exemple russe. On devrait privatiser une bonne partie de nos sociétés d'État pour rembourser notte dette. Car , très bientôt, la dénatalité nous frappera de plein fouet. On n'a encore rien vu. Et ni le PLQ ni le PQ n'ont le courage ou l'intelligence de s'attaquer aux vrais problèmes.

lundi 18 octobre 2010

Les États-Unis vont-ils retomber en récession ?

Je crains que oui. La situation aux États-Unis est catastrophique sous la présidence de Obama. Il est à prévoirque l'inflation va aller en grimpant, que la capacité industrielle du pays va diminuer, que le chômage va augmenter, etc. Côté investissement, il faut éviter le marché boursier et obligataire américain. Il faut investir en Chine, en Russie, au Vietnam, à Singapour, privilégier l'or et les matières premières, les produits agricols... Non, L'avenirn'est pas rose pour notre jadis puissant voisin. L'économie américaine est morte à forte de taxations, de régulations, etc. Et que dire de l'endettement du pays ??? Jamais dans l'histoire un pays ne fut aussi endetté. Ce qui arrive aux États-Unis doit nous servir de leçons à nous Québécois.

mercredi 13 octobre 2010

Maxime Bernier: le nationalisme québécois est une bonne chose

Maxime Bernier ne finira jamais de nous surprendre. Selon lui: "Sans le nationalisme québécois pour faire contrepoids, le Canada serait sans doute aujourd'hui une fédération encore plus centralisée.Il aurait une bureaucratie encore plus imposante, gaspilleuse et déconnectée de la population, qui essaierait de gérer toutes les questions locales dans le pays à partir de tours à bureaux à Ottawa." J'ai toujours dit que le nationalisme n'est pas une mauvaise chose en soi. Ce qu'il faut combattre c'est le nationalisme de gauche. En fait, quand on y pense, tous les pays sont nationalistes ! La Chine est nationaliste. La Finlande est nationaliste. Singapour est nationaliste, etc. C'est pourquoi, je suis sceptique envers ceux qui veulent mettre sur pied une droite strictement économique. Chaque société a besoin d'un ciment social ou culturel. Sinon, c'est l'anarchie. Toujours selon Bernier, il faut se méfier du Parti libéral du Canada qui veut créer, s'il est élu, un programme national de garderies, un programme national de soins à domicile et un autre programme national de médicaments !!!! Bernier propose la solution au centralisme fédéral: abolir le pouvoir fédéral de dépenser et le retrait complet du fédéral dans le financement des programmes sociaux. En échange, les provinces recevraient des points d'impôts. Bravo à maxime Bernier.

jeudi 7 octobre 2010

Un scandale

Ce qui se passe en ce moment avec le dossier du pétrole, de l'uranium et du gaz au Québec est un scandale et une honte. Nous refusons d'exploiter ces ressources ! Nous refusons de sortir de la dépendance envers le fédéral ! Pendant ce temps, le premier ministre de Terre-Neuve songe à exploiter un gisement de pétrole près de nos frontières !!! Attendons- nous que Terre-Neuve prenne ce pétrole à notre place ??? L'angélisme en politique est dangereux. Le discours écolo est en train de nous tranformer en véritables mendiants et quêteux !!! Nous laissons les autres, l'Alberta, Terre-Neuve, la Saskatchewan, se salir les mains avec le pétrole, l'uranium etle gaz, pendant que nous prétendons être des écolos vertueux. Quelle hypocrisie nationale. Nos automobiles roulent à l'eau ? Rappelons un triste fait: pour l'exercice financier 2009-2010, le Québec a obtenu 8,355 milliards de dollars en péréquation !

mardi 5 octobre 2010

Le manque d'imagination des jeunes péquistes

Les jeunes péquistes manquent définitivement d'imagination. En fin de semaine dernière, ils nous ont ressorti les vieilles rengaines gauchistes des années 1970: la social-démocratie, le gel des frais de scolarité, l'environnement, le féminisme, etc. Ces jeunes ont une pensée fossilisée. Ils sont incapables de faire la moindre proposition nouvelle. J'ai une suggestion pour eux. Pourquoi ne pas s'inspirer d'Israël ? Nous apprenions dans La Presse du 2 octobre dernier que les Israéliens "inventent, brevettent et lancent des entreprises plus que quiconque sur la planète". Innovations dans les domaines de l'informatique, de l'agriculture, de la biotechnologie, des technologies propres, etc. Les jeunes péquistent veulent perpétuer la dépendance des Québécois envers l'État. Je terminerai sur cette citation d'un homme d'affaires israélien: "En Israël, si vous voulez conduire une belle voiture, manger dans des restaurants décents, voyager...,vous n'y arriverez pas en faisant du 9 à 5. Travailler pour quelqu'un d'autre c'est de l'esclavage moderne." Jeunes péquistes et libéraux devraient méditer là-dessus ont lieu de nous matraquer l'esprit avec leurs "social-médiocratie".